1998-2018 : 20 ans sans antibiotiques… c’est possible.

Pascale témoigne : « À la Ferme du Val fleuri, depuis toujours, j’élève mes poules dans un système extensif avec beaucoup d’attention pour prévenir d’éventuels problèmes sanitaires et anticiper les besoins de mes animaux. Depuis 20 ans, je n’ai jamais utilisé d’antibiotique la prévention est mon guide, c’est un des principes de la démarche du réseau des éleveurs de Notre Basse-Cour® ».

« Travailler en système extensif avec un effectif réduit correspond au cahier des charges de la marque Notre Basse-Cour®.

Cette taille me permet de surveiller individuellement mes poules et d’être avec elles tous les jours. Nous connaissons leurs codes de communication et nous sommes capables d’en comprendre une bonne partie. Par leur comportement elles nous envoient de nombreux signaux. Nous savons si elles ont peur, soif, faim, si elles sont inquiètes, si elles sont bien, si un chien rôde dans le secteur, s’il y a un rapace, un bruit inhabituel, une personne étrangère à proximité. Nous surprenons parfois des discussions entre elles !

Comme nous sommes à leur contact direct pendant au moins trois heures par jour lors de la récolte, nous pouvons facilement diagnostiquer une situation inhabituelle et intervenir très rapidement si nécessaire : c’est vraiment là notre travail d’éleveur.

Le ramassage des œufs se fait à la main, tous les jours, dans les pondoirs garnis de foin. Ainsi, nous assistons à la ponte, elles n’ont aucune crainte, nous pouvons les toucher.

La conception de cet élevage pas comme les autres est basé sur le bien être animal. Nos 1600 poules sont réparties dans plusieurs petits parcs où sont disposés plusieurs petits chalets poulaillers. Elles se retrouvent ainsi en petit comité : cela favorise les relations et c’est mieux pour leur moral !! c’est également plus facile à surveiller. Rien à voir avec un  bâtiment pondeuses  ou vivent 3000 à 6000 poules.

En plus de cette petite taille d’élevage, les animaux ont de l’espace, beaucoup d’espace puisque chacune d’entre elles dispose d’au moins 8 m²  de prairie toujours en herbe contre 2,5m2 habituellement (8 m² correspond à la surface d’une chambre). Sauf cas exceptionnel (grippe aviaire), elles sortent tous les jours et ont accès à la prairie dès 9H30.

Elles sont au grand air, loin des concentrations que l’on retrouve dans les bâtiments habituels. Nous faisons très attention à la ventilation des logements, c’est un point primordial dans la conduite de l’élevage…

Mes poules pâturent et consomment de l’herbe, des insectes et des vers de terre. C’est un apport important qui favorise leur bon état de santé…et la qualité des œufs ».

Les besoins fondamentaux des animaux sont l’air, l’eau, l’aliment et la liberté de comportement et nous mettons tout en œuvre pour qu’ils soient respectés.

J’ai aussi un petit secret, nos poules sont dopées…dopées à l’herbe et à la coquille d’huître !

Ces principes simples, très basiques, permettent de conduire, jusqu’à maintenant mon élevage sans faire appel à des antibiotiques. Je compte bien continuer comme ça encore longtemps. C’est comme ça que nous fonctionnons tous dans notre réseau, du travail préventif plutôt que du curatif. »

 

2018-05-23T16:23:25+00:00